NOWEGO: L’ANNUAIRE DES BONS PLANS AU CAMEROUN

Avec le taux de pénétration sans cesse grandissant d’internet (le mobile en particulier) il est de tout profit de s’intéresser aux domaines qui touchent cet aspect .
Aujourd’hui nous allons à la rencontre d’une jeune femme particulière Chantal Elong, qui a décidé d’utiliser cet atout pour vous faire découvrir une autre conception du E-Commerce avec son entreprise  NOWEGO l’annuaire des bons plans au Cameroun. Un petit alliage entre e-commerce, tourisme, culture et loisir.

Qui est-elle ?

Chantal Mbango Elong est une jeune Camerounaise âgée de 21 ans, étudiante en Executive MBA et promotrice de la plateforme Nowego. Titulaire d’un Bachelor Business Administration à 18 ans seulement au Sup de Co la Rochelle, très jeune elle a pu toucher du doigt le monde du travail et développer un amour certain pour les nouvelles technologies.
« J’ai toujours rêvé de travailler dans un secteur en rapport avec le tourisme » déclare-t-elle. Grâce à son parcours académique, elle a eu l’opportunité de voyager et de découvrir l’écart technologique entre les pays du Nord et ceux du Sud.
« Depuis Janvier 2017, je pensais à développer une interface qui aurait pour objectif de valoriser le patrimoine social et culturel du Cameroun à l’échelle internationale ». Au vu du taux de pénétration d’internet plus que grandissant, elle décide de mettre sur pieds un outil de communication propre aux réalités locales. L’objectif final étant d’œuvrer pour une utilisation optimale d’internet sur le continent africain. C’est ainsi que plus tard NOWEGO voit le jour.

Focus sur son entreprise : NOWEGO
(Now We Go!)

Chantal est à la tête de l’entreprise Nowego, la première plateforme camerounaise qui permet aux internautes de profiter de réductions allant de 10 à 90% pour les activités locales. Leur objectif est d’aider les petites et moyennes entreprises à gagner en visibilité tout en permettant aux utilisateurs de découvrir une panoplie des bons plans près de chez eux. Aujourd’hui après quelques mois d’existence seulement, l’entreprise a développé un réseau de 15 partenaires stratégiques et une communauté de 15 000 adhérents. Le site web www.nowego.co recense 200 coupons promotionnels dans les secteurs d’activités suivants : restaurations, sports, loisirs, services.
Pour acheter un coupon il suffit de suivre la procédure ci bas.

Comme toute entreprise digne de ce nom, la jeune femme et sa team font face à certaines difficultés et la principale est celle d’étendre leur niche de consommateurs : « Certains sont sceptiques et pensent que notre plateforme n’est qu’utopie et a pour seul dessein de soutirer des fonds aux internautes rêveurs » Bien que cette pensée ne soit pas populaire, l’équipe travaille activement afin de gagner en crédibilité auprès des potentiels consommateurs.

Cela ne les empêche pas de voir grand avec en perspective dans 5 ans, faire de Nowego la plateforme de e-commerce la plus utilisée au Cameroun et d’étendre ses activités dans les pays de l’Afrique Centrale.

Pour parler de ceux qui l’ont inspiré, il y a quelques années elle a eu l’opportunité de travailler en étroite collaboration avec un incubateur. Cette immersion dans le monde des nouvelles technologies et de l’entrepreneuriat l’a permis de découvrir des profils atypiques et de côtoyer les startups les plus prometteuses du continent déclare la jeune femme. En ce qui concerne les nouvelles technologies sur le territoire national, son modèle de réussite est l’entrepreneur William Elong « En moins de 2 ans, il a pu conçevoir les premiers drones camerounais, effectuer une levée de fond, créer de l’emploi pour une dizaine de citoyens de sa communauté et inspirer les jeunes à entreprendre ».

Pourquoi s’abonner à  NOWEGO :

Nowego vous met en avant des produits et services des petites et moyennes entreprises locales dans les domaines de restauration, sport, loisirs… permettant ainsi d’une certaine façon la valorisation de celles-ci ;

la plateforme vous permet également d’avoir des coupons de réduction de vos produits et services préférés (à bon prix) sur un seul et même site, ce qui n’est retrouvé nulle part ailleurs au Cameroun ;

Nowego vous donne la possibilité de payer vos coupons grâce aux services « mobile money » des opérateurs locaux ce qui est un atout majeur connaissant le faible taux de bancarisation au Cameroun.

Ainsi donc si vous recherchez des bons plans au Cameroun à des prix réduits pour vos activités préférées, rendez-vous à l’adresse www.nowego.co
D’autres part si vous êtes une entreprise proposant des services ou des produits dans l’un des domaines cités plus haut n’hésitez pas à devenir partenaire de Nowego pour vous donner plus de visibilité. Enfin si vous êtes investisseurs, business angels et souhaitez encourager l’initiative en vue de développer le secteur au Cameroun, contactez-les via :
-Adresse E-mail : contact@nowego.co
-LinkedIn : https://linkedin.com/NowegoCm/
-Facebook : https://www.facebook.com/NowegoCM/
-Twitter : https://twitter.com/NowegoCm/ (@NowegoCm )
-Site : www.nowego.co

 

You were in ZEMAWorld, with smile and love 🙂  <3 Continuer la lecture de « NOWEGO: L’ANNUAIRE DES BONS PLANS AU CAMEROUN »

Femme dans l’ingénierie

Le Contexte de l’ingénierie industrielle attire et élève les femmes parmi les plus performantes par rapport à la plupart des métiers car les stéréotypes populaires laissent supposer que l’ingénierie industriel est un métier ‘‘difficile’’ pour la FEMME. Donc forcément, celles qui y excellent sont vues comme des « superwomen » au niveau local vous avez sans doute déjà entendu parler de AUDREY CHICOT DG de MSMI (multi service et métiers industriels) ou de Gislaine Tessa CEO de MILLENIUM IMMOBILIER qui fait dans le génie civil. Pour ne citer que celles-là. Une étude faite par une université américaine a montré que les femmes révèlent qu’elles sont attirées par l’ingénierie industrielle pour une myriade de facteurs sociaux, y compris : la reconnaissance, le sentiment d’être plus considérée dans la société et les opportunités de carrière, entre autres. Vu le nombre assez important de fille qui choisisse cette filière dans mon école la Faculté de génie industriel par exemple, je me dis que cette étude n’est pas totalement inadéquate pour l’Afrique en générale et le Cameroun en particulier. C’est la filière ayant le plus grand nombre fille comparée aux autres filières techniques d’ingénierie de l’école, les filles restent toujours moins nombreuses que les garçons bien sûr (ici il s’agit d’avoir le pourcentage de fille qui choisisse telle ou telle filière indépendamment de celui des garçons). Toujours dans cette étude américaine L’analyse du contenu des sites Web révèle que l’ingénierie industrielle souligne la collégialité et les opportunités de leadership comme étant intrinsèques à la discipline. Conclusions en utilisant un cadre de capital social, le contexte de l’ingénierie industrielle, y compris les normes dominantes et les possibilités de réseautage, favorise des idéologies de succès qui mènent à une plus grande attraction et persévérance au sein de ce métier.

Ayant une idée plus ou moins claire de pourquoi les femmes pourraient s’intéresser à ce domaine, Beaucoup de personnes se demandent quelles sont les éventuelles difficultés et atouts qu’on peut rencontrer à l’école et dans les entreprises en tant que fille/femme qui étudie l’ingénierie ?
Je suis allée chercher des éléments de réponse étant moi-même une femme qui étudie dans ce domaine (y’en a qui feront « hein ? » rire !!) mais aussi auprès d’autres jeunes femmes. Nous allons essayer de comprendre ce que pensent elles-mêmes quelques une de ces femmes qui étudient les ‘‘ métiers d’homme’’ comme le dit le profane.

Coralie Fogue, Ingénieure ROBOTITIENNE chez « DronAfrica » répond :
« Par rapport aux difficultés : la principale difficulté dans ce domaine est de maintenir le cap étant donné que la technologie évolue à une vitesse fulgurante. Le prix à payer ? Une succession de nuit blanche. Et par rapport aux atouts : il faut avoir de la patience, de la minutie, de la créativité et surtout une grande ouverture d’esprit »
Madina Mohamadou, étudiante ingénieure 5e année en TTIC (technologie de télécommunication, de l’information et de la communication) donne son avis en disant :
« On ne te laisse pas exprimer ton idée en profondeur parce qu’ils se sentent dominés si l’idée de la fille est meilleure en disant qu’elle rêve trop. Les difficultés sont nombreuses j’énumère quelques-unes : en classe les camarades ne nous laissent nous exprimer soit disant que c’est du manque de respect et que c’est du gâchis pour une fille d’être ingénieur car elle sera mère.

Et une fois j’ai une une difficulté lors de l’entretien pour un stage où on m’a dit qu’on ne pouvait pas m’intégrer dans l’équipe parce qu’en tant que femme nordiste j’aurais d’autres préoccupations et je ne pourrais pas  remplir mes fonctions donc qu’on m’aura former pour rien »

J’ai juste envie de dire <whaaaat> ? Mais bon.. .Continuons !

Glwadys Yemefack, étudiante ingénieure 5e année en TECHNOLOGIE AUTOMOBILE répond pour sa part :
« Les femmes/filles sont souvent considérées comme le sexe faible. Malgré le fait qu’on ne le dise pas des fois très ouvertement, on le ressent dans les actions des uns et des autres. Ce qu’il fait qu’en entreprise comme à l’école on a tendance à dire qu’on ne peut pas faire telle chose et pourtant il ne s’agit pas toujours d’efforts physiques mais souvent de bon sens.
Les filles sont des futures femmes au foyer. La société a tendance à prédire leurs métiers tels qu’enseignante, coiffeuse…car elle trouve que ce sont des métiers propices pour bien gérer son foyer. Ce qui fait que même le choix de des filières d’ingénierie devient un combat avec les parents et plus tard nous sommes obligées d’abandonner ou de prendre un autre chemin à cause des contraintes du mariage.
Je sais ce qui m’attend et je sais qu’à un moment je devrais réduire le rythme pour m’occuper de mes enfants et de mon mari. Raison pour laquelle il existe dans l’ingénierie des postes qui nécessitent beaucoup plus l’utilisation du cerveau. L’ingénierie est polyvalente, il peut arriver de devenir un gestionnaire de stock, une chargée des ventes, un cadre ingénieur, … Il suffit de recenser à temps ces différents axes qu’on pourrait prendre plus tard une fois mariée. En plus, on peut aussi entreprendre pour être son propre employeur le plus tôt possible et quand le mariage arrive, tous les fondements sont posés. Je finirai en parlant du harcèlement que subissent les femmes dans tous les secteurs. Ça existe aussi dans l’ingénierie. Contraintes, conditions, compromis…c’est toujours là. »
Quant à mon propre avis sur la question, je suis d’accord avec les précédentes j’ajouterai peut-être le fait que c’est difficile de se faire prendre au sérieux des fois, on se fait prendre par des pincettes à la limite comme des invalides soit disant qu’on est trop fragile ou tout simplement parce qu’on est FEMME. On se sent obligé de redoubler l’effort des méninges et prendre des initiatives pour dire à tous « Heho ! je suis une femme mais je suis capable de dimensionner, fraiser, percer…Tout comme toi mec ! » Je vous jure, des fois t’as envie de crier ça ! 😀

Voilà donc quelques avis recueillis sur le fait d’être femme et d’étudier les métiers techniques de l’ingénierie. J’ose espérer que cela aura permis à certains de mieux comprendre ces femmes qui ont tout simplement décidé de faire autre chose que ce dont la société s’attendait vu leur genre.

You were in ZEMAWorld, with smile and love 🙂 <3

Promotion du « made in Cameroon » : Zoom sur Jessica et Carine.

La promotion du « made in Cameroon » est un concept qui fait beaucoup parler récemment, nous nous intéressons à deux camerounaises : Jessica Eya’ane et Carine Andela qui en sont des actrices. De façon générale le but de ce concept est d’encourager les producteurs locaux et soutenir l’économie locale, qui sont-elles et comment elles y prennent ?

« Round 1 » : Description personnelle.
Commençons par Jessica Eya’ane , elle est la fondatrice de l’association AVPL (Association pour la Valorisation des Produits Locaux) et manager du projet « AKOUM » son initiative en vue de la promotion du « made in 237 » 😉 dont nous parlerons dans la suite, mais Jessica est aussi Analyste financière chez BGFIBank Cameroun, passionnée de finance et d’aide à la décision, elle s’est décidée un jour à contribuer à sa manière au développement de son pays en trouvant une solution pour soutenir la production locale. C’est une femme plutôt calme, une force tranquille je dirai 🙂

Passons à Carine Andela. Dans la même lancée, elle est la fondatrice de l’association ASENIA (Association des Entrepreneurs Ingénieux d’Afrique) et project manager chez Afrique Genius, elle mène avec beaucoup de passion des actions de promotion du « made in Cameroon » de façon assez personnel avec ses propres page RS comme le Carine Andela Initiative (nous y reviendrons). Elle est une femme dynamique et déborde d’énergie dans sa lutte pour la valorisation locale.

« Round 2 » : Description professionnelle

Dans son désir de soutenir le « consommez locale » Jessica est à la tête du projet « AKOUM » (Richesse) qui est une application, dont le slogan est « la richesse du Cameroun dans votre poche », se présentant comme un annuaire numérique dans lequel les informations sur les produits locaux recensés sont rangées par catégories, puis sous-catégories. Chaque produit fournit des informations sur sa localisation de production, le nom du producteur ou fabricant, la marque associée, sa composition (plus pour les produits alimentaires), le point de vente, le contact du vendeur. Il y a une possibilité de géo localiser le point de vente d’un produit et même de consulter l’ensemble des points de vente afin de déterminer ceux qui sont les plus proches de votre maison. L’application « Akoum » est disponible gratuitement sur Playstore, Applestore et Mboastore.

Place à Carine qui a associé directement son nom avec le « Carine Andela  Initiative» au « made in Cameroun » car cette dernière en a fait son cheval de bataille et elle utilise tous les moyens à sa portée (le digital dont elle est fan, et aussi en présentielle à travers le forum Afrique Genius, un concept de son association l’ASENIA) afin d’exhorter les camerounais à l’entrepreneuriat local et entretenir la masse sur la nécessité de faire confiance aux industriels locaux et de consommer local. Il vous suffit par exemple de faire un tour sur son compte Facebook pour voir son amour pour les productions locales. Vous y trouverez une panoplie de produit, et d’initiative « made in 237 » ce qui est intéressant avec cette démarche c’est qu’on y trouvera même le petit artisan du quartier qui fait du bon boulot mais n’a pas forcement de moyen de visibilité car elle va à la rencontre de presque tous. Avec le forum « Afrique Genius » organisé par l’ASENIA elle présente une sélection de ces produits locaux, aux côtés de bien d’autres déroulés du forum (conférences, formations).

Pour finir nous constatons que ces dames sont des ferventes promotrices du « made in Cameroon » un concept qui devra donner naissance au « locavorisme », Ce mouvement part du principe qu’il est meilleur de consommer local pour l’économie locale mais aussi et surtout pour la planète et pour sa santé. Consommer local, c’est un moyen pour le consommateur d’agir sur son environnement local d’un point de vue social et économique, alors il est peut-être temps de penser à devenir tous des « Locavores »

 

You were in ZEMAWorld, with smile and love! 🙂 <3