Femme dans l’ingénierie

Le Contexte de l’ingénierie industrielle attire et élève les femmes parmi les plus performantes par rapport à la plupart des métiers car les stéréotypes populaires laissent supposer que l’ingénierie industriel est un métier ‘‘difficile’’ pour la FEMME. Donc forcément, celles qui y excellent sont vues comme des « superwomen » au niveau local vous avez sans doute déjà entendu parler de AUDREY CHICOT DG de MSMI (multi service et métiers industriels) ou de Gislaine Tessa CEO de MILLENIUM IMMOBILIER qui fait dans le génie civil. Pour ne citer que celles-là. Une étude faite par une université américaine a montré que les femmes révèlent qu’elles sont attirées par l’ingénierie industrielle pour une myriade de facteurs sociaux, y compris : la reconnaissance, le sentiment d’être plus considérée dans la société et les opportunités de carrière, entre autres. Vu le nombre assez important de fille qui choisisse cette filière dans mon école la Faculté de génie industriel par exemple, je me dis que cette étude n’est pas totalement inadéquate pour l’Afrique en générale et le Cameroun en particulier. C’est la filière ayant le plus grand nombre fille comparée aux autres filières techniques d’ingénierie de l’école, les filles restent toujours moins nombreuses que les garçons bien sûr (ici il s’agit d’avoir le pourcentage de fille qui choisisse telle ou telle filière indépendamment de celui des garçons). Toujours dans cette étude américaine L’analyse du contenu des sites Web révèle que l’ingénierie industrielle souligne la collégialité et les opportunités de leadership comme étant intrinsèques à la discipline. Conclusions en utilisant un cadre de capital social, le contexte de l’ingénierie industrielle, y compris les normes dominantes et les possibilités de réseautage, favorise des idéologies de succès qui mènent à une plus grande attraction et persévérance au sein de ce métier.

Ayant une idée plus ou moins claire de pourquoi les femmes pourraient s’intéresser à ce domaine, Beaucoup de personnes se demandent quelles sont les éventuelles difficultés et atouts qu’on peut rencontrer à l’école et dans les entreprises en tant que fille/femme qui étudie l’ingénierie ?
Je suis allée chercher des éléments de réponse étant moi-même une femme qui étudie dans ce domaine (y’en a qui feront « hein ? » rire !!) mais aussi auprès d’autres jeunes femmes. Nous allons essayer de comprendre ce que pensent elles-mêmes quelques une de ces femmes qui étudient les ‘‘ métiers d’homme’’ comme le dit le profane.

Coralie Fogue, Ingénieure ROBOTITIENNE chez « DronAfrica » répond :
« Par rapport aux difficultés : la principale difficulté dans ce domaine est de maintenir le cap étant donné que la technologie évolue à une vitesse fulgurante. Le prix à payer ? Une succession de nuit blanche. Et par rapport aux atouts : il faut avoir de la patience, de la minutie, de la créativité et surtout une grande ouverture d’esprit »
Madina Mohamadou, étudiante ingénieure 5e année en TTIC (technologie de télécommunication, de l’information et de la communication) donne son avis en disant :
« On ne te laisse pas exprimer ton idée en profondeur parce qu’ils se sentent dominés si l’idée de la fille est meilleure en disant qu’elle rêve trop. Les difficultés sont nombreuses j’énumère quelques-unes : en classe les camarades ne nous laissent nous exprimer soit disant que c’est du manque de respect et que c’est du gâchis pour une fille d’être ingénieur car elle sera mère.

Et une fois j’ai une une difficulté lors de l’entretien pour un stage où on m’a dit qu’on ne pouvait pas m’intégrer dans l’équipe parce qu’en tant que femme nordiste j’aurais d’autres préoccupations et je ne pourrais pas  remplir mes fonctions donc qu’on m’aura former pour rien »

J’ai juste envie de dire <whaaaat> ? Mais bon.. .Continuons !

Glwadys Yemefack, étudiante ingénieure 5e année en TECHNOLOGIE AUTOMOBILE répond pour sa part :
« Les femmes/filles sont souvent considérées comme le sexe faible. Malgré le fait qu’on ne le dise pas des fois très ouvertement, on le ressent dans les actions des uns et des autres. Ce qu’il fait qu’en entreprise comme à l’école on a tendance à dire qu’on ne peut pas faire telle chose et pourtant il ne s’agit pas toujours d’efforts physiques mais souvent de bon sens.
Les filles sont des futures femmes au foyer. La société a tendance à prédire leurs métiers tels qu’enseignante, coiffeuse…car elle trouve que ce sont des métiers propices pour bien gérer son foyer. Ce qui fait que même le choix de des filières d’ingénierie devient un combat avec les parents et plus tard nous sommes obligées d’abandonner ou de prendre un autre chemin à cause des contraintes du mariage.
Je sais ce qui m’attend et je sais qu’à un moment je devrais réduire le rythme pour m’occuper de mes enfants et de mon mari. Raison pour laquelle il existe dans l’ingénierie des postes qui nécessitent beaucoup plus l’utilisation du cerveau. L’ingénierie est polyvalente, il peut arriver de devenir un gestionnaire de stock, une chargée des ventes, un cadre ingénieur, … Il suffit de recenser à temps ces différents axes qu’on pourrait prendre plus tard une fois mariée. En plus, on peut aussi entreprendre pour être son propre employeur le plus tôt possible et quand le mariage arrive, tous les fondements sont posés. Je finirai en parlant du harcèlement que subissent les femmes dans tous les secteurs. Ça existe aussi dans l’ingénierie. Contraintes, conditions, compromis…c’est toujours là. »
Quant à mon propre avis sur la question, je suis d’accord avec les précédentes j’ajouterai peut-être le fait que c’est difficile de se faire prendre au sérieux des fois, on se fait prendre par des pincettes à la limite comme des invalides soit disant qu’on est trop fragile ou tout simplement parce qu’on est FEMME. On se sent obligé de redoubler l’effort des méninges et prendre des initiatives pour dire à tous « Heho ! je suis une femme mais je suis capable de dimensionner, fraiser, percer…Tout comme toi mec ! » Je vous jure, des fois t’as envie de crier ça ! 😀

Voilà donc quelques avis recueillis sur le fait d’être femme et d’étudier les métiers techniques de l’ingénierie. J’ose espérer que cela aura permis à certains de mieux comprendre ces femmes qui ont tout simplement décidé de faire autre chose que ce dont la société s’attendait vu leur genre.

You were in ZEMAWorld, with smile and love 🙂 <3